contact@cotelangues.com - 0033 (0) 2 40 00 64 53

Elisabeth Zöller : Anton

Traducteur français allemand nazisme

Elisabeth Zöller : Anton

Un roman pour adolescents sur l’extermination d’enfants handicapés

Dans le roman pour adolescents Anton, l’écrivaine Elisabeth Zöller, née en 1945 en Allemagne, raconte l’histoire de son oncle Anton que ses grands-parents avaient sauvé de l’extermination par les nazis.

Munster, 1938 : Depuis un accident avec un tramway, Anton souffre de lésions au cerveau qui influent sur son langage ainsi que sur l’activité motrice de sa main droite. Il bégaie et n’utilise plus le mot je, mais dit Anton en parlant de lui-même.

La bête noire de l’école

A l’école primaire, le jeune garçon n’a pas la vie facile. Pour beaucoup de ses camarades de classe et pour une partie des maîtres et des maîtresses d’école, il est la bête noire dont on se moque et qu’on frappe.

Pourtant, Anton est doué en maths et en dessin. Il sait écrire avec sa main gauche, ce qui lui est interdit en cours au motif qu’ « un garçon allemand se sert de sa main droite pour écrire ».

Des rumeurs sur l’extermination d’enfants handicapés

Après la Nuit de Cristal, les rumeurs concernant le sort d’enfants handicapés se renforcent. Ils seraient envoyés dans des cliniques et autres institutions pour y mourir d’infections ou être carrément assassinés par les médecins.

En effet, la « Commission du Reich pour l’enregistrement scientifique des souffrances héréditaires et congénitales graves » recense les enfants atteints d’un handicap physique ou mental, une procédure qui se fonde sur la circulaire d’application Az.: IVb 3088/39 – 1079 Mi du Ministère de l’Intérieur du 18 août 1939.

Les enfants « inférieurs » jugés « représenter un poids » sont par la suite envoyés dans des « établissements pédiatriques » spécialisés. Tandis qu’on fait croire aux parents qu’on s’occupe de leurs enfants pour les soigner et les faire progresser, on y procède en réalité à leur euthanasie, un euphemisme pour signifier leur meurtre.

Les parents d’Anton, qui ne sont pas membres du parti national-socialiste, se méfient et essaient de garder leur fils aussi longtemps que possible à la maison pour le protéger. Avec l’aide de la famille et de certains voisins, ils veillent à ce qu’il progresse à l’école.

Pour Anton, la situation à l’école ne s’arrange hélas pas. Ses camarades de classe, qui sont de plus en plus endoctrinés par les Pimpfe et ensuite par la Hitlerjugend (Jeunesse hitlérienne), se déchaînent sur lui et se transforment en véritables bourreaux.

Anton caché par ses parents

Les parents du jeune garçon finissent par avoir tellement peur qu’ils décident de le cacher à la maison et de ne plus l’envoyer en classe. Ils essaient de faire croire à tout le monde que le jeune Anton se trouve en cure quelque part. Lors des bombardements par les Alliés, Anton doit se cacher tout seul dans la cave de la maison puisque la famille ne peut pas l’emmener avec elle dans l’abri antiaérien.

Comme ses parents ne peuvent pas continuer à le cacher à la maison et craignent qu’on l’envoie dans un établissement dans lequel il sera tué, ils décident de demander à un oncle de le loger. Cependant, la femme de celui-ci, Hedwig, ne se réjouit pas d’avoir une bouche supplémentaire à nourrir. Elle le fait travailler très dur dans sa ferme, ne le laisse pas dormir dans la maison et le punit sévèrement quand il améliore le repas d’un travailleur forcé venant d’un pays de l’Est.

Anton survit à la guerre

Enfin, Annie, la soeur de Hedwig propose de loger Anton chez elle. Annie est une brave dame avec un grand cœur qui le traite comme un fils et arrive même à convaincre un ami médecin d’établir un certificat de décès pour que le jeune garçon ne soit plus recherché.

Contrairement à beaucoup d’enfants handicapés qui ont été tués par les nazis, Anton survit finalement à la guerre.

Mon opinion

Malgré la fin heureuse pour Anton, ce roman pour adolescents est caractérisé par une grande tristesse. Le langage est simple, le vocabulaire et la syntaxe sont adaptés à un public jeune.

Le livre mentionne un grand nombre de thèmes et sujets de l’époque du national-socialisme :

la Shoah, la Nuit de Cristal, le bombardement des villes allemandes, la bataille de Stalingrad, la Hitlerjugend, la perte de parents sur le front, l’euthanasie, le contrôle incessant de la population par des blockwarts, les camps de concentration…

Personnellement, je recommanderais le livre pour des adolescents à partir de 14 ans environ. Des lecteurs plus jeunes doivent à mon avis être accompagnés par un adulte.

 

Elisabeth Zöller: Anton. Bayard Jeunesse, ISBN 978-2-7470-2244-6, 215 pages (traduction de l’allemand vers le français effectuée par Corinna Gepner)

 

Vous êtes à la recherche d’un traducteur du français vers l’allemand pour votre document sur le système concentrationnaire, sur la Shoah, la Résistance, le nazisme… ? Contactez-moi !

 

 

accumsan dictum id vel, ut sed felis massa commodo